Cet article est probablement un des plus difficile que j’ai eu l’occasion d’écrire.

Comment vous faire comprendre en quelques lignes ce qu’Eléonore m’a partagé pendant plusieurs mois, sans non plus exposer publiquement des pensées intimes et complexes.

 

Je vais tenter de rester concis :

Dans son enfance, Eléonore a eu les cheveux coupés courts à de multiples reprises par sa maman. Un acte qui relevait presque du rituel, et qu’elle a subit plusieurs années sans pouvoir protester ou donner son avis.

En grandissant, ce souvenir, qu’on pourrait presque apparenter à une mutilation, a évolué sans son esprit, créant un subtil mélange entre l’envie d’avoir les cheveux longs et celui de les couper. Une torture permanente saupoudrée de peur, de complexes et de besoins.

Eléonore a ensuite eu les cheveux longs, voir même très longs (au niveau des fesses) pendant plusieurs années. Mais elle avait parallèlement une envie brulante de les couper, et de voir de longues mèches tomber sur le sol…  Une vision hypnotisante mais qui la terrifiait tellement qu’elle a eu un jour l’idée d’utiliser ses ciseaux pour couper une perruque, assouvissant ainsi son envie, sans toucher à sa longue chevelure.

Eleonore01-01-PassionCarre

Dernièrement, ses cheveux étaient tellement abimés qu’elle a bien du se résoudre à passer réellement à l’acte ! Ayant trop peur de confier ses cheveux a une tierce personne, elle a décidé de les couper elle même, devant son miroir, ce qui lui a prit plus de 2H (et quelques coupures aux doigts).

Eleonore01-02-PassionCarre Eleonore01-03-PassionCarre Eleonore01-04-PassionCarre

Même si le résultat peut paraitre simple aux yeux de certains, il faut comprendre que dans certains cas, la chevelure a un véritable rôle psychologique et que couper peut être émotionnellement très complexe.

La grosse question qu’on se pose désormais est simple : Que va faire maintenant Eléonore ? Continuer de couper ou laisser pousser à nouveau ?

Que lui conseilleriez vous ?

Eleonore01-06-PassionCarre Eleonore01-05-PassionCarre

Appréciation :